.
.

Letendard.net

.

26è Fespaco : UN CHAOS POUR LE CINÉMA LONG MÉTRAGE FICTION BURKINABÈ


26è Fespaco : UN CHAOS POUR LE CINEMA LONG METRAGE FICTION BURKINABE

Le Fespaco 2019 vient de fermer ses portes le Samedi 2 mars au Palais des sports de Ouaga 2000. Cette Edition qui marque le cinquantenaire de ce festival a souri au Rwanda, le pays des mille collines, à travers son jeune cinéaste mythique, Joël  Karekezi. En effet, c’est lui avec son long métrage « la Miséricorde de la jungle » qui a brandi en ce soir du 2 mars, l’Etalon le plus convoité. Ironie du bonheur, le président de son pays Paul Kagamé était un invité d’honneur. Ainsi, le Rwanda écrit les pages du Fespaco en lettres d’or, pour avoir essayé et tout gagné. Pays invité d’honneur à cette fête du 7è art, un Etalon en poche. Sans oublier la présence des musiciens rwandais qui ont épaté plus d’un tant à l’ouverture qu’à la clôture. Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années peut-on dire pour Karekesi. Quant à la moisson pour le cinéma Burkinabè,

c’estun chaos ou presque.Le cinéma Burkinabè notamment le genre fiction long métrage rentre dans le cinquantenaire par la petite porte. En effet, les trois films n’ont rien remporté en compétition officielle si ce n’est qu’un petit prix  spécial en décor. Des miettes. Le premier du Faso leur avait donné une enveloppe relativement épaisse, espérant qu’ils allaient faire de bonnes choses pour rentrer dans l’histoire du cinquantenaire. Mais quelle ne fut notre surprise ! Tout semblait dire que ces projets retenus et soutenus par le gouvernement ne pesaient pas lourd. Il faut rendre hommage aux cinéastes Burkinabè des autres genres. Ils se sont beaucoup défendus. Films court-métrages ou documentaires, long-métrages documentaires, séries ou même films d’école, ce sont eux qui ont dans une certaine mesure sauvé l’honneur. Pour les prochaines éditions, les cinéastes Burkinabè doivent redoubler d’efforts, de réalisme, et surtout augmenter leur génie de créativité. Sinon, l’Etalon de Yennega ira de plus en plus loin.

  1. BADINI



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *