.
.

Letendard.net

.

VIE DES PARTIS : Présentation des vœux à L’UPC, la retrouvaille et la campagne


      VIE DES PARTIS : Présentation des vœux à L’UPC, la retrouvaille et la campagne

L’Union pour le Progrès et le Changement a organisé le Mardi 12 Février 2019 au siège du parti à Gounghin sa cérémonie de présentation des vœux de l’année en cours. Militants, dirigeants, amis et parents se sont retrouvés dans une ambiance festive et de longs discours.

Zephirin Diabré et ses collaborateurs

Le parti du Lion a sacrifié à sa traditionnelle présentation de vœux ce mardi 12 Février. Invités et militants ont échangé sur la vie du parti à travers chants et discours. Après installation du président du parti Zéphirin Diabré, place maintenant à l’exécution de l’hymne du parti, intitulé « l’hymne des trois radieuses et des trois glorieuses »Savamment chanté par les militants, cet hymne se termine par des applaudissements nourris comme pour célébrer une certaine victoire du parti du Lion. Prenant la parole, le député Rabi Yaméogo a fait un tour d’horizon de leurs activités de l’année écoulée, comme les renouvellements de leurs instances, l’implantation du parti dans toutes les 45 provinces du pays et la diaspora, la tenue du congrès ordinaire les 21 et 22 juillet 2018 et les combats futurs qu’envisage le parti. Zéphirin Diabré, mélangeant métaphore et ironie, dans un discours fleuve et familier, a présenté un tableau sombre et catastrophique du pouvoir politique en place. Il a comparé le MPP à une graine maléfique, le « ZOUMBRI »en langue mossi, qui provoquerait le drame et la bagarre quand cette graine traine à vos pieds. Selon lui, il est temps que le peuple Burkinabè essaie son parti. Les autres auraient brillé par leurs incapacités à changer le destin des millions de Burkinabè. Il a annoncé que le combat des élections présidentielles de 2020 se commence maintenant. A partir de ce mois de Février, les dirigeants du parti descendront dans toutes les 45 provinces pour « prêcher ». Un baptême de feu qui commence par le Bazèga, puis le Bam.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *