.
.

Letendard.net

.

Notre époque, celle de l’ère urbaine?


Notre époque, celle de l’ère urbaine?

Lisez ces chiffres avec beaucoup d’intérêt. Ils concernent l’urbanisation dans le monde, au Burkina Faso et l’extension de la ville de Ouagadougou. Ce sont des données à lire, à savoir  absolument et à noter dans un petit calepin.

  • Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les villes et cette proportion sera de 60% en 2050.
  • Par railleurs, 90% de cette croissance urbaine se produit dans les pays en développement.
  • Les villes occupent 3% des terres émergées, mais représentent 70% du  PIB, 60%  de  la consommation énergétique, 70% des remissions de gaz à effet de serre et 70% des déchets.
  • Dans les 20 prochaines années, un doublement de la population urbaine est attend dans les deux régions les plus pauvres du monde (l’Asie et l’Afrique subsaharienne).
  • Le Burkina Faso n’est pas en marge de cette tendance et enregistre un des taux de croissance urbaine les plus rapides du monde, soit le en Afrique, avec 9% entre 2010 et 2015 selon le rapport de la Fondation Mo Ibrahim concernant les dynamiques urbaines en Afrique de 2015.
  • La population urbaine burkinabè s’est accrue depuis 1960 à nos jours passant de 110 000 habitants en 1960 à 362 610 en 1975, 1 011 074 en 1985 pour atteindre 3 181 en 2 016 967 en 2006, selon l’INSD
  • Cette croissance urbaine entraine également une extension spatiale. C’est le cas de Ouagadougou dont la superficie est passée de 6 860 hectares en 1980 et 20 000 hectares en 2 000 (Ouattara A 2000). En 2006 elle était estimée à plus de 36 000 hectares (SNAT 2009) pour atteindre 52 hectares en 2012 (Commune de Ouagadougou 2013).
  • L’urbanisation au Burkina Faso reste polarisée par les deux principales villes du pays : ce sont Ouagadougou (46, 4%°) et Bobo Dioulasso (15,4%) soit prés de 62% de citadins du pays. Elles constituent les principales destinations urbaines des migrations internes. En outre, le nombre des centres urbains ne cesse de croitre : de deux villes en 1960, à cinq en 1975, puis de 18 villes en 1985, le Burkina Faso compte de nos jours, 49 villes (INSD 2006).
  • Le Ministre de l’urbanisme et de l’habitat s’est doté en 2008 d’une Politique Nationale de l’Habitat et du Développement Urbain (PNHDU) qui est venu renforcer la loi n°017-2006/AN du 18 mai 2006 portant Code de l’Urbanisme et de la Construction au Burkina Faso.
  • Le système urbain burkinabè est dominé par deux grandes villes que sont Ouagadougou et Bobo Dioulasso qui rassemblent à elles seules plus de la moitié de la population urbaine et les principaux centres de décision et de pouvoir économique, politique et administratif.

Ces chiffres, nous les avons glanés lors d’un Conseil d’administration des secteurs ministériels (CASEM) du Ministère en charge de  l’urbanisme et d’habitat. C’était le 29 novembre 2016

Daouda Souabo (Collaborateur)

BURKINA FASO
ANNEES  1960  1975 1985 2006
NBRE DE VILLES 02 villes 05 villes 18 villes  49 villes
NBRE D’HABITANTS  110 000 hts 362 610 hts 1 011 074hts 3 181967 hts
VILLE DE OUAGADOUGOU
ANNEES 1980 2000 2006 2012
SUPERFICIES 6 860 ha 20 000 ha 36 000 ha 52000 ha

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *